André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 223
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0241
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0241
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
SURLEBEAV. Iî'J'
semble , pour en rendre l’expression
p!us sensibie par une modulation
p!us piquante ? L’eût-on deviné? La
Musique l’esl allé prendre jusques
dans le sein de ses plus cruelles
ennemies , dans Ie sein même des
dissonances. Elle a trouvé des tem-
péramens pour se Ies concilier :
c’est-à-dire , l’art d’en adoucir la
rudesse , de leur prêter mêrne une
partie de l’agrément des conso-
nances , pour les empêcher d’en
troubler l’harmonie ; de les em-
ployer comme Ies ombres dans la
peinture , ou comme les liaisons
dans le discours , pour servir de
passage d’un accord à l’autre ; de
les préparer avant qu’elles arrivent,
en les faisant précéder par des sons
vifs & doust , qui en étouffent Ie
désagrément dans sa naissance ; &
qyand cette préparation est impos»

T iy

\ -cn *
loading ...