André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 226
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0244
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0244
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
tl6 Ê S S A I

clles sont par cela même d’autant
plus propres pour exprimer certains
objets. Les transports irréguliers de
l’amour, les fureurs de la colere ,
les troubles de la discorde , les hor-
reurs d’une bataille , le fracas d’une
tempête. Et , pour me borner à
l’exemple de la voix humaine , il
n’y a personne qui ne sçache , que
dans certaines émotions de l’ame »
elle s’aigrit naturellement , qu’elle
détonne tout-à-coup, qu’elles’éleve
ou s’abaisse, non par dégrés , mais
comme par sauts &C par bonds. Voilà
donc évidemment la place où leSi|É
dissonances peuvent avoir lieu ;
voilà même quelquefois où elles sont
nécessaires. Et alors, disent les plus
sçavans Musiciens * , on éprouvera
indubitablement, que si elles déplai-
sent à l’oreille par la rudesse des

*M. Dodart, Bijl. ddt’Acad. 170S. Mcm. p. j8S,
loading ...