André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 227
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0245
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0245
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R LE B EA U. llf
sons , elles plairont à l’esprit & au
cœur par la force de l’expression.
Plaisir de raison, qui étant le plus
essentiel à l’ame , doit être toujours
le principal objetd’un habile com-
positeur.

II est donc manifeste que l’emploi
des dissonances bien entendu, pro-
duit dans la Musique un nouveau
genre de beau toujours fondé sur Ia
nature, puisque les dissonances ne
passenî qu’à la faveur des consonan-
ces , qui les préparent ou qui Ies
sauvent ; mais un beau néanmoins
qui est en quelque sorte arbitraire ,
parce que les tempéramens qui les
adoucissent, les expressions qu’on en
tire , les variétés infinies dont elles
ornent les compositions musicales ,
sont véritablement Fouvrage du Mu-
sicien , des beautés libres qui sont
de son choix, , si j’ose ainsi dire ,
loading ...