André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 231
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0249
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0249
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R L T. B EAU. 2 3*1
ces rencontres ; &c nous voyons
îous les jours des caprices poëtiques
réussir à plaire aux esprits les plus
sérieux. Pourquoi un caprice musical
n’auroit-il pas Ie même privilége
dans des circonstances pareilles ?
Pourquoi n’auroit-il pas le sor£
de l’Opera nouveau de Fréni ,
qui a diverti toute la France ?
II nous plaira même quelquefois 9
peut - être avec rail'on , quand il
n’auroit d’autre agrément que de
nous bien peindre l’original qui s’y
abandonne.

Les Musiciens modernes se plain*
dront-ils encore que Ia théorie vou-
droit renfermer le génie & Ie goût
dans des bornes trop étroites ? On
vient de voir qu’ils n’ont rien à
craindre de ce côté-Ià. Nous sçavons
que le génie Sc Ie goût musical son£
ane espece de Musique ÿifusejnotée
loading ...