André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 239
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0257
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0257
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R l E B EAV. 2.39
ble tant de voix de tous Ies dégrés,
tant d’instrumens de tous Ies genres ,
tant de parties si discordantes en ap-
parence , pour concerter ensemble ?
N’est-cepas encore l’unité , qu’ona
trouvé l’art d’introduire & de sou-
tenir dans cette multitude prodi-
gieuse de sons si différens ? On dit
que ces grandes Musiques doivent
leur naiss'ance à l’esprit inventif du
dernier siecle. Mais le sçavant Sc in-
génieux Séneque * nous en fait une
description qui prouve très-bien, si
je ne me trompe , qu’elles ne sont
que ressuscitées. Du moins , est il
certain qu’on y va voir la regle d’u-
riité dont nous parlons , parfaitement
bien établie.

Voycz-yous, dit-il dans sa Lettre
84 , cette multitude de voix qiu
composent nos grands choeurs de Mvh

* Seaeq. Ep. 84.^. j8Z.Edit-A.
loading ...