André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 241
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0259
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0259
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S cr R L E B EA V. 141
anciens Philosophes. II y a plus
dans les nôtres, continue Sénéque ,
dans les Concerts solemnels que
nous donnons au Public , il y a plus
ds Chanteurs que le Théâtre n’a-
voit autrefois de Speftateurs : De
choro dico , quem veteres Philofophi no-
verant : in commijjionibus nojlris plus
Cantorum ejî, quàm in Theatris o/im
Speclatorum fuit. Outre ce grand
nombre de voix, nos Amphithéâtres
sont environnés de trompettes, SC
nos Orchestres pleins d’une infînité
d’instrumens detoute espéce, à vent
& à cordes. Voilà une itmltitude
qui semble nous menacer d’une hor-
rible discordance. Ne craignez rien :
il s’en forme un concert : Cùmomnes
yias ordo canendum implevit, & cavea
eeneatoribus cincta efl , & ex pulpito
otnne tibiarum genus , organorttmque
oonsonuit, sit concentus ex d'ijsonis,
Fartie /. X
loading ...