André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 242
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0260
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0260
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
241 E S S A I

0r, Messieurs, je vous le demandes
comment un concert peut-il naître
d’une multitude de sons si différens ,
&c quelquefois si dissonans , si nos
Orphées anciens & modernes n’a-
voient trouvé l’art <le réduire cette
snultitu.de à l’unité ; ou , pour me
servir de Ia belle expression d?Ho-
race dans sa Poëtîque, s’ils n’avoient
îrouvé l’art d’en composer un total
sonore , qui, malgré ia multitude de
ses parties, devientparfaitementun,
parune espéce de prodige : Rempra-
digialiter unam ?

Après toutes ces raisons que je
viens de puiser dans les notions les
plus communes du bon sens, & dans
J’expérience desplus grands Maîtres,
peut-on douter , je ne dis pîus de
j’existence d’un beau musical indé-
pendant de nos opinions & de nos
goûts j je dis de la prééminence qiie
loading ...