André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 246
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0264
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0264
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
%4& £ 3 SA I

it faut que rimagination luï prêt®-
beaucoup, pour les croire bien éloi-
gnés , malgré Ie témoignage des
yeux , qui nous assure le contraire.
La Musique a des lointains qui pa-
roissent plus réels. Après un coup-
d’archet unanime de vingt concer-
îans, elle nous fait entendre leurs
échos dans un éloignement qui trom-
pe l’oreille à coup lûr. Un aveugle
jureroit qu’il entend deux concerts ,
qui se répondent à une distance très-
considérable^

Que 3a Peinture ne se plaigne'
pourtant pas de sa défaite. Je ne
veux point dire que fon art ne soit
aujourd’hui dans un très-haut dégré
de perfeftion, peut être même plus
haut que celui de Ia Musique. Je
veuxdire seulementqu’elle n’a point
reçu de la nature , ni autant de se-
icours, ni autant de leçons que sa
loading ...