André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 247
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0265
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0265
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R L K B E AV. £'47
rïvale. Je veux dire , par exemple ,,
que les couleurs ne sont pas si ex-
pressives que les sons ; ni la main
qui conduit le pinceau , si ssexible
que Ia glotte qui produit la voix ;
ni l’œil, qui dirige le Peintre , si fin
que l’oreilie, qui dirige le Musicien ;
ni la toile qui reçoit les teintes, si
docile que l’air qui reçoit les impresi-
sions sonores ; ni les rayons dè lu»
miere , qui nous font voir les beau<-
tés d’un tableau, si pénétrans ou si:.'
sensibles que les vibrations; aërien»'
nes qui nous font entendre les char-
mes d’un concert ; ni enfin les dégré3‘
de colorisation qui doivent diftin«-
guer les personnages d’un grand desi-
sein. de Peinture, fi faciles à mesurer
ou à calcisser , que les dégrés d’into-
nation que l’on doit donner à une
v-oix ou à un instrument , felon îa
partie qu’on lui- assigne dans un

X-iy.
loading ...