André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 6
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0014
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0014
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
$ E S S A I

La pfemîere conclusion que jetire
'de cette vérité d’expérience, efl: que
dans le beau , comme en toute autre
chose, il y a une certaine mesure qu’il
faut remplir, mais qu’il ne faut pas
combler : qu’il y a dans la recherche
même du beau deux extrémités con-
traires à éviter ; le défant & l’excès :
qu’entre ces deux extrémités il y a
xm certain point marqué par la na-
ture , en deçà duquel un objet n’est
pas encore tout-à-fait beau , & au-
delà duquel il cessse de l’être : enfin ,
que ce point fixe, qui est une espece
de milieu entre le trop le trop
peu , est tellement le siége du vrai
beau , qu’il n’en peut sortir ni de
part ni d’autre, sans dégénérer de
lui-même en contraûant quelque
vice , ou du moins quelque viciosité
blâmable. C’est-à-dire, en un mot,
que dans le beau même il y a un
loading ...