André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 7
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0015
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0015
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B É A Ü. 7
modus à observer, suivant cette ma-
xime d’un ancien Philosophe , ou
pîutôt, du bons sens naturel : Cum
jît ubique virtutis modus , czque peccat ,
quod exced'u , quàm quod desicit *.

Je sens bien , Messieurs , que cet
amas d’cxpressions , quoique très-
samilieres, ne représentent encore le
modus que sous des idées assez con-
fuses. Peut - être même qu’on me
dira ; ou plutôt, je crois déja vous
entendre : Que vous concevez bien
que le beaupeut, en tout genre de
beauté, pécher par défaut, mais qu’iï
n’est guères concevable qu’il puisse
pécher par excès. II faut donc m’exj
pliquer plus clairement.

Pour le faire avec ordre , je divise
mon sujet en trois questions , dont
je dois la premiere idée au Prince
des Orateurs , qui étoit aulîi un trèsr
grand Phiîosophe.

*Seneq. De Benes. 1.1. c. iS. jy
loading ...