André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 10
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0018
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
.*0 E s s A i

qui ont précédé celui-ci, nous en
avons distingué de trois l’ortes : le
beau essentiel, le beau naturel , Sz
le beau artsflciel , ou , en cjuelque
înaniere , dépendant de l’institution
<des hommes. Rappellez-vous-en, s’il
vous plaît, les idées précises. Nous
y trouverons , si je ne me trompe ,
le dénoument de la difRculté.

J’avoue donc, premieremenî, qus
îe beau essentiel ne peut être sus-
ceptible du trop : que dans la con-
strustion , par exemple , d’un ou-
vrage d’archite&ure , ou dans la
conformation .du corps humain, la
symmétrie des membres qui le com-
posent ne sçauroiî être trop bien
gardée : que dans une composition
musicale on ne peut se rendre trop
attentif à la direftion des nombres
sonores qui en doivent régler l’har-
monie : que dans unepiece d’esprit,
loading ...