André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 12
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0020
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0020
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
12 E S S A î

regles éternelles des proportîons
géométriques ou harmoniques, donll
on sçait que la nature consiste en
une espece d’égalité , & par consé-
quent , que le trop n’y peut avoir
lieu : celle du beau essentiel intelli*
gible dans les pieces d’esprit , ou
dans les mœurs ,par les regleséter-
nelles de Ia raison & de l’ordre , du
bon sens & de la décence, ou l’ex*
cès n’esl pas plus à craindre que dans
les proportions mathématiques.

Toute notre quession ne doit donc
rouler que sur Ie beau naturel Se sur
le beau artifxciel : sçavoir, s’ilspeu-
vent être susceptibles d’un excès de
beauté ; ou , ce qui est moins équi-
yoque , si Ia nature a déterminé aux
objets une certaine mesure d’em-
bellistement, au-delà duquel on ne
peut plus leur rien ajouter sans les
gâter , ou du moins, sans en dimi-
loading ...