André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 17
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0025
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0025
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
s V R L E B EÀ V. 17
grace , peut même quelquefois être
nécessaire. Ellc sert à nous graver
dans l’ame 3 des traits que le premier
coup de burin n’avoit fait que des-
siner. Mais si après deux ou trois
répétitions , qui peuvent être natu-
relles, vous continuez encore à me
répéter vos répétitions , seulement
pour me faire une belle figure de
rhétorique musicale , ou même , si
vous le voulez , pour me pénétrer
plus profondément, craignez plutôt
de produire un effet tout conîraire;
Mon cœur se révolte contre un burin
trop profond , qui le déchire : moti
oreille se lasse d’une répétition qusï
dégénere en battologie ; & , ce qui
dans les commencemens étoit une
beauté , devient un défaut par son
excès. II faut sçavoir finir : c’est,
dans tous les arts, la maxime des
grands maîtres,

Partk II, B

\ ïM
loading ...