André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 20
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0028
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0028
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
2,0 E S S A I

attendons un peu que l’ivresie aiî
fait place à la raison ; & nous ver-
rons bien-tôt le bon sens , revenu à
îui-même, condamner sans rémisiion
cette intempérance d’esprit, ce faste
ôc ce luxe oratoire , qui , en son
espece, n’efl: guères moins choquant
que celui des mœurs.

Mais enfin, ne ferons nous point
grace aii beau moral ? & dirons ncus
que la vertu même peut être suscep-
tible du trop ? 11 n’y à qu’à nous
expliquer , pour en convaincre tou-
tes Ies personnes de bon sens.

Le nom de Vertu a deux ssgnifica-
tions très - difterentes. On appelle
ainsi l’amour dominant & habituel
de i’ordre , ou la volonté constante
de suivre en toutes choses la raison,
la loi, la reljgion, l’honneur ; en un
mot, l’honnête en tout genre. Nous
avons déia déclaré que çet aîncur,'
loading ...