André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 27
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0035
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0035
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R L E B EA ü. IJ
dont il y en auroit un , qui man«
«jueroit du nécessaire pour mériter
le nom de beau ; mais dont l'un
neva pas aussi loin qu’il le pour-
roit, 6c Pautre va plus loin qu’il ne
devroit : ou, si vous Paimez mieux ,
deux ouvrages , ou deux procédés
qui ne manquent du nécessaire pour
être parfaitement beaux , qu’en ce
que Pun demeure en deçà du point
de beauté oîi il doit tendre , 6c que
Pautre passe au de!à du point oîi
il devroit s’arrêter. Ils manquent
donc tous deux en quelque chose :
le premier par défaut, & le second
par excès. On ne peut disconvenir,
que Pun 6c Pautre ne soit un désa-
grément qui dégrade la beauté de
Pobjet où il se rencontre.

La question est de sçavoir, lequel
des deux est le p!us supportable,
ou le moins choquant de sa na-

Cij
loading ...