André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 30
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0038
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0038
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
30 E s s a i

tre admiration cesse en un qtiart
d’heure ; que souvent même eiles
nons fatiguent hientôt par leur trop
grand éclat , pendant que les an-
ciens tableaux avec leurs couleurs
sombres & rembrunies nous atta-
chent, & nous plaisent des jours
entiers. Voilà pour le beau visible..

Dans le chant *, combien d’infle-
xions de voix molles & délicates ,
combien de passages fins, de petita
tons fuyans , d’accords même un
peu aîtérés par l’adresse du Musicien ,
nous causent d’abord un plaisir plus
piquant que des accens plus fer-
mes ou plus réguliers ? Cependant
qu’on nous les fasse revenir trop
fréquemment, & coup sur coup,
ces finesses de l’art, non-seulement
les oreilles sçavantes , mais le peu«
ple même, par le simple goût de

« Ond,
loading ...