André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 32
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0040
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
'51' E s s a i

de l’ame trop violente pour être du-
rable ; & cet excès du beau spiri»
luel nous dégoute même ordinaire-
înent beaucoup plutôt que l’excès
du beau sensible , parce que le ju-
gement de l’esprit efl: plus prompt
& plus fin que celui des sens. Aussi,
je le confesse, ajoute Ciceron, j’ai-
me assez, qu’à mes discours on se
recrie : Voilà qui est bon ; mais je
serois bien fâché d’entendre crier
trop souvent : Voilà qui est beau ;
Benb & pr&clare , nobis quamvisfcept
dicatur : bellh & fesiivï nimi 'um noto,
Je craindrois de lasser bientôt mon
auditoire. Ilfaut, pour soutenirson
attention jusqu’au bout, lui donner
de tems en tems quelque relâche.
II faut qu’il y ait dans un discours ,
comme dans un tableau, des om-
bres, Sc des enfoncemens pour don-
per du relief aux endroits qui doi-
loading ...