André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 36
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0044
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0044
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
g6 E s $ a i

Vous avez, Messieurs , trop de
lumiere pour conclure de-!à qu’il
faut donc dans la pratique des arts
& dans celle même de la vertu ,
rlous contenter du médiocre. La
concluûon seroit assurément bien
éloignée de mes principes. Car,
bien que je reconnoisse qu’ily a dans
l’une & dans l’autre une belle mé-
diocrité , ce n’est pourtant point là
le modus , ou le beau tempéré dont
je parle. Se contenter du médiocre
quand on peut aller plus loin , sur-
tout dans le beau moral , ce n’est
pas modération , c’est lâcheté, c’est
une paresse condamnable. Je veux
dire seulement, que le trop étant ,
au sens que nous avons marqué,
moins supportable que le trop peu
dans les arts & dans les mœurs , nous
devons avoir égard à cette maxime
dans le soin que nous prendrons de
loading ...