André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 42
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0050
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0050
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
4t E s s a i

ordinaire d’un travail immodéré*
pour trouver le point du modus dans
le beau visible.

Aristoxene *, le premier inventeur
de la Musique tempérée , reprochoit
à Pythagore d’avoir trop voulu
plaire à la raison aux dépens de
l’oreille. On lui reprochoit à son
îour d’avoir trop voulu plaire à
l’oreille aux dépens de la raison,
Qui accordera ces deux partis ex-
îrêmes ? Le célebre Zarlin, sur la
sîn du seizieme siecle , l’avoit en-
trepris en Italie , par des regles mo-
dérées. Legrand Lulli l’a exécutéen
■France au tems de nos peres , mais
en prenant quelquefois dans la pra-
îique de ces regles des libertés mo-
destes pour donner à ses composi-
tions nn air plus facile , qui, étant
eelui de la nature , plaira toujours

î Slat. sur la Mus-
loading ...