André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 52
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0060
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0060
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
fjO E s s â i

il est si ordinaire de se faire illusion j
Pamour de la pgtrie avec celui des
autres peuples, qui n’en sent pas
moins nos sreres, ni peut être moins
honnêtes gens pour être quelquefois
nos ennemis.

Encore un coup , Mesiieurs, dans
ce combat apparent de vertus con-
tre vertus , le moyen de rencontrer
toujours précisément le vrai point
du modus, qui détruiroit jusqu’à l’ap-
parence de ces contrariétés ? Que
faire donc alors ? Faudra-t-il avant
que de nous déterminer à l’adtion, at-
tendre qu’une pleine évidence nous
le fasse voir tout à découvert sans
aucun nuaged’obicurité? Faudra-t-il
après nous être déterminé au parti
qui nous a paru le meilleur , nous
arrêter dans le cours même de notre
aflion au moindre doute s’il y au-
roit cncore immieux à faire, & per-
dre ainsi en délibérations éternelles
loading ...