André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 56
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0064
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0064
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
jg E s s a i

plus odieux, ou plus ridicule , de
nous applaudir encore d’être bien
modérés, après avoir passé toutes
bornes de la modération.

La seconde régie, ess de nous ren-
dre , par la viûoirecontinuelle des
premiers mouvemens de la nature,
assez maîtres de notre cœur pour
obliger toutes les vertus à se céder
mutuéllement quelque chose en
faveur de la paix : c’est le seul
moyen de les réunir toutes ensem-
ble dans sa conduite , & d’y faire
servir celles qui paroissent les plus
opposées àl’embellissement les unes
ces autres ; comme dans une com-
pagnie bien réglée , il n’y a point
d’humeurs fi contraires quinepuis-
sent avoir lettr place & leur agré-
ment, pourvû que chacune ait soin
de s’accommoder avec toutes les
autres , plutôt que de Les vouloir
dominer»

rt- -
loading ...