André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 68
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0076
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0076
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
68 E s s a i

dans un plus grand jour, après que
nous aurons répondu à la seconde
question proposée ; sçavoir , s’il y
a une loi éternelle qui nous com-
mande l’observation du decorum ,
comme un devoir de vertu.

En peut cn douter , Mestîeurs ?
Et le souverain Lédslateur en nous

O

prescrivant des devoirs, peut - il
nous permettre de négüger la dé-
cence dans la maniere de les rem-
plir ? Les Philosophes sacrés & prc-
fanes en ontjugé autrement. * L’Au-
teur duLivredel’Ecclésiastique nous
recommande sans cefîe non - seuie-
ment la pureté des mæurs , mais le
l’oin d’observer toutes les bienséan-
ces de la vie civile. Avant lui Salo-
mon avoit mis la décence au nombre
des parures. dela femme forte : For*
titudo &dccor indumcntum ejus. Le plus

• Ecüit Fer totum. ** Pwverb, 31.
loading ...