André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 100
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0108
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0108
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
p.sd E S 5 A I

La Providence , en ordonnant ïes
'diverses conditions des hommes ,
ii’a point tellement déterminé leurs
rangs & leurs places , qu’elle n’ait
rien laissé à leur choix & à leur in-
dustrie. Dans le même ordre de
naissance , il y a toujours différens
postes entre lesquels il est libre d’op-
ter , suivant son génie , son talent,
ou son inclination. La cour, les ar-
inées , les tribunanx de la Justice ,
offrent à la Noblesse un nombre infini
de grades à choisir ou à mériter.
D’ailleurs , nous n’avons point à
vivre dans cette sorte de gouver-f
nement, oîi il n’est pas permis de
passer d’une tribu à une autre. Parmi
nous , comme parmi les Romains,
un Plébeïen peut , sans violer les
loix, dçvenir Chevalier, Sénateur,
Çonsul, tout ce qu’il plaît à lafor-
tune, Combiende nos jours n’avons»
loading ...