André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 103
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0111
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0111
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B EÀ V. toj
sagesse que vous devez l'uivre en
tout, mais principalement dans le
choix d’un état. On en tombe assez
d’accord dans la théorie. Car il est
bien manifeste que l’on doit con-
venir à une place que l’on entre-
prend de remplir. Cependant, Mes-
sseurs, j’en appelle à vos connois-
sances. Malgré cette regle, quelle
cst la pratique la plus ordinaire de
ceux qui méditent un établissement
dans le monde ?

Yous aspirez à une charge : on
vous le permet. Mais à quel titre y
prétendez-vous ? J’en ai la finance
toute prête. C’est un mérite pour
l’acheter. En est-ce un pour la rem-
plir ? Mon pere l’a possedée avec
honneur. Mais avez-vous lieu d’y
espérer le même succès ? Pourquoi
non ? II m’en a obtenu la survivance :
je Ie veux. Mais en vous obtenant

liy
loading ...