André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 106
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0114
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0114
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
’ïo6 E s s a i

împerceptibles , qui de votre obs-
curité naturelle vous conduiroient
au grand jour sans blesser les yeux
de personne. Mais , que faites-vous ?
Quelje rapidité dans 1a route de la
fortune ! Vous n’y marchez pas ;
vous y volez: vous paroissez presque
en même tems aux dettx bouts de la
carriere ; & l’on est surpris de vous
voir au haut de la roue sans vousy
avoir vû monter. Nouvelle indé-
cence, qui vous surprendroit vous-
même , si vous aviez permis à l’hon-
neur d’y monter avec vous.

Mais enfin, vous y voilà parvenu :
ïl n’est plus tems de reculer. Quelle
est la regle de bienséance que vou§
devez vous y prescrire , pour cor-
riger en quelque sorte l’indécence
de ce premier pas ? Le même Philo-
sophe * que nous avons ci-dessus

* Sen« De benes. I. i. c. ij*
loading ...