André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 111
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0119
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
SU R L E B E Â U, ilî
d’honneur mal entendu. Prenons no-
tre congé avant qu’on nous le donne ,
ou donnons librement notre démis-
sion avant qu’on nous la demande.

C’est le conseil de la décence
quand il est permis de changer d’état.
Mais , si la nécesiité nous y attache
par quelque lien indisibluble , alors,
dit le plus sage des Philosophes Ro-
mains *, nous n’avons qu’un seul
parti à prendre. Employons tous nos
soins , toùtes nos attentions , toutes
nos diligences , pour faire ensorte
que si nous ne pouvons pas remplir
les fonûions de notre état avec une
clécence entiere, nous nous en ac-,
quittions du moins sans indécence ,
ou avec le moins d’indécence qu’il
est postible. Omnis adhibenda erit cura,
mt'ditatio , diligentia , ut ea Ji non de-
corè, at quàm minimitm indecorèfacere

* Cic. De Offii, l. i, c. } !•
loading ...