André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 112
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0120
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0120
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
tl 12. E S S A I

possimus. II ne falloit pas nous y met~
îre. Mais nous y sommes ; les paroles
iacramentales sont dites ; le vœu
est fait ; notre engagement est sans
retour. Je le suppose. Faisons-nous
une loi inviolable d’y être contens ,
de le paroître. D’être contens,
c’est une bienséance que l’on se doit
à soi-même par raison : & de Ie pa-
roître , ç’est un air que l’on doit au
monde par honneur.

II semble , Messieurs , que la ma-
tiere du decorum s’étende à mesure
que nous avançons dans la carriere.
Malgré le soin que j’ai pris d’en ex-
pliquer toutes les especes, combien
d’omissions importantes me repro-
che-t-on peut - être à ce moment ?
De n’avoir parlé ni des bienséances
de l’âge , ni de çelles du sang ou de
la parenté ,ni de celles du commerce.
ïournalier de la yie çivile , ni de

celles
loading ...