André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 114
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0122
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0122
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
H4 Essai
celles de Ia parenté, ou de l’allîance»
EUes se rangent d’elles - mêmes sous
le decorum de la nature,qui parle tou-
jours assez haut dans tous les cœurs
attentifs. Les bienséances du com-
merce journalier de la vie civile se
réduisent tout aussi facilement sous
îes regles de l’humanité commune
& du caraûere personnel, qui nous
prescrivent conjointement la nia-
niere la plus convenable d’en ac-
complir lesdevoirs. Vous avez dans
ïe monde une réputation bien éta-
bliepar quelques talens rares ou par
quelques beaux traits de vertus : iî
ne faut pas dégénérer de vous-même.
C’est une bienséance qui est une suite
naturelle des principes que nous
venons d’exposer sur ie choix d’u0
état de vie ou d’une profession.

Ainsi, la seule chose qui me reste
à saire pour finir, c’est de conclure
loading ...