André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 117
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0125
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0125
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R LE B ËA V. tîj
bord dans l’esprit ? On se représentss
aussitôt des charmes , des attraits j,
des appas , un éclat, un lustre, uncr
certaine aménité , ou, lî l’on me
permet ce terme, une certaine ama»
bilité répanduedans les objets qu’onc
appelle gracieux. II seroit à désirer
que ces idées fussent aussi clairea
qu’elles sont agréabies ; ou du
moins, que nous trouvassions dans
les Auteurs de quoi les éclaircir.
Car , on voit assez du premier coup
d’œil que ce n’eff point-là une ma-
tiere oii Fon puisse espérer de faire
de nouvelles découvertes. On a
toujours parlé des graces dans Ic
monde : on a toujours eu des yems
pour les voir , &C un cœur pour eiï
être touché : il y a même eu dans
îous les siecles des gens d’esprit 6g
de gout qui en ont curieusemenî
reçherché la nature» Les aneiems
loading ...