André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 128
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0136
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0136
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
’ïîS E s s A i

sophes sur la struâure de l’Univers ,
nous n’y appercevons que de la
matiere diversement figurée ; ici
solide , là ssuide , rangée dans urr
bel ordre, mue avec regle pour pro-
duire des millions de phénomenes
périodiques , dont le cours est tou-
jours le même, quoique toujours va-
rié à l’infini. Nous ne concevons
alors dans le monde que des beautés
purement inteîligibles, ou qui ne
sont que pour i’esprit pur. Je sors de
la méditation , &£ j’ouvre les yeux
en plein soleil. Austi-tôt j’apperçois
milîe beautés d’un autre genre ; des
beautés sensibles, dont le Créateur a
ornéles premieres pour nous donner
un speftacle non-seulement admira-
ble, mais agréable , brillant, doux,
riant, plein cl’aménité. C’est ce que
nous appellons les graces du corps.

Leur existence est aussi vistble aue
loading ...