André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 138
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0146
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0146
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5 38 E S S A 1

Nos pïus belles fleurs n’ont que des
couleurs fixes , &c chacune la fienne
propre invariablement. Jettez les
yeux sur le col d’un pigeon qui se pa-
vane au soleil : vous y en verrez tour
àtour une infinité. C’esl un satin na-
turel qui change de lustre à tous les
divers aspeûs de la lumiere. On y
voit les couleurs les plus gaies deve-
nir tout-à-coup des nuances, & les
nuances les plus sombres devenir
des couleurs , selon les différens
points de vue oii il lui plaît de se
montrer. Les sseurs , attachées à la
terre par des liens qu’elles ne peu-
Vent rompre , n’ont qu’une vie sans-
atne & sans mouvement : elles ne
peuvent relever leursgraces par une
allure convenable. Regardezau con-
traire le roi d’une basse-cour : cette
crête enluminée qui s’éleve en forme
<de couronne, cet air de tête, cette
loading ...