André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 144
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0152
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0152
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
•144 E s s a i

lourd, qui sent trop la bête pour
înériter le nom de manieres. Que
faut-il pour en avoir ? Considerons
un honnête homme qui veut plaire
dans Ie monde : nous verrons dans
îout son extérieur un composé bien
assorti , des mouvemens de latête,
des yeux:, des bras , des mains sou-
îenues par des attentions visibles à
vous témoigner son estime, & à mé-
riter la vôtre. C’est proprement ce
qu’on appelle avoir des manieres.
Elles supposent une ame intelligente
qui sçait regler avec bienséance tous
les mouvemens du corps qu’elle
anime. Voussçavez, Messieurs, Ies
agrémens qu’elles répandent dans Ia
société. C’estune espece d’éloquence
du corps qui fait plus de la moitié
du don de plaire & de gagner les
cœurs : elles forment dans le monde
cette ainjable qualité que nous ap-

peüons.
loading ...