André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 145
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0153
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0153
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R L E S E A U. 145
pellons politesse : ellespeuvent rem-
placer la plupart des défauts corpo-
rels. Quedis-je ? ellespeuvent mê-
me , jusqu’à un certain point, sup-
pléer à ceux de l’esprit. Combien
d’exemples en pourroit-on citer dans
la Cour & dans la Ville ? Combien
qui doivent la réputation de gens
d’esprit à leurs manieres gracieuses ?

On me dira peut-être : combien
plus qui n’ont aucun de ces agré-
mens du corps dont je viens de par-
ler ; qu’il y en a même qui paroilîent
n’avoir aucune aptitude pour les
acquérir ? Je sçai qu’il y a des hom-
mes qui, par leur figure extérieure ,
semblent nés en dépit des Graces.
Que doivent-ils faire pour les ap-
paiser ? Leur dirai-je comme Platon
à Xénocrate ? Allez sacrifier aux
Graces, avant que de vous montrer
au nionde. Le compliment ne seroif

Partic II, N
loading ...