André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 155
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0163
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0163
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E È EÀV. ïss

irop prodigué. N’est - ce pas le sort
de ces Auteurs pointilleux, qui ne
parlent que par épigrammes ? Que
faire donc enfin, pour plaire à coup
sûr ? Temperez Fun par Fantre. Iî
n’y a que I’accord bien ménagé du
doux & du piquant qui puiste for-
mer ce qu’on appelle une compofî»
tion gracieuse. Et apparemmentc’elî
de-là qu’un de nos Poëtes a tiré cette
belle définition de la Poësie Fran-^
çoise :

L’art d’attraper facilement,

Sans être esdave de la rime ,•

Ce toùr aisé, cet enjoûment,

Qui seul peut faire le sublime.

Séneque * nous dépeint les graces
du genre oratoire à-peu-près sous
les mêrnes couleurs. Lisez Cicéron ,,
dit-il à son ami Lueile : sa composi-
tion est toujours une i soutenue sans:

* Scn. Ep. îoo.
loading ...