André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 158
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0166
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0166
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
£58 £ s s a r

potejlati : non essert te. oratio , nec ion*
giùs , quàm dejlinajii , trahit. Multi
sunt, qui ad id quod non proposutrant
fcribcre, alicujus verbi decore placends
vocentur ; quod tibi non evenit. Pressa.
funt omnia , & rei aptata. Loqueris
quantum vis ; & plits Jignisicas , quàtn
loqueris. Le passage est nn peu long ;
mais il est substantiel, vif, plein ; ô£
il n’y a point là de paroles perdues.
Cest ce que nous entendons par
justesse dans le discours : justesse
dans la pensée , pour nous éclairer
sans nous éblouïr par trop de bril-
lans : justesse dans le tour qui l’ac-
compagne , pour nous y appliquer
sansnous distraire par des sentimens
trop vifs : justesse dans l’exprestîon ,
pour nous rendre la vérité sans l’ob-
scurcir par un tas de paroles super-
ssues , ou trop figurées. C’est ainsi
que tous les Maîtres de l’art en ont
loading ...