André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 160
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0168
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0168
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ï6o £ s s a ï
II est évident que les hommes étant
composés d’esprit &c de corps, le
commerce qu’ils ontensemblepar la
parole n’est pas un commerce pure-
ment spirituel ; mais vtn commerce
d’esprit, où ii entre'du sensible pour
donner, si j’ose ainsi dire, du corps à
leurs penféeS : c’est le principe. Et
pour me restraindre aux dilcours mé-
dités,qui sont ici mon principal objet,
ne convient-on pas universellement
que toute composition doit être une
peinture , &c une peinture animée
pour soutenir l’attention du Leâeur
ou de l’Auditeur ? Tirons la consé-
quence. La composttion est une pein-
ture : il y faut donc des images. C’est
une peinture animée : il y faut donc
des sentimens. Mais ces images &C
ces sentimens , dans quelles sources
ies irons-nous pulser ? L’Auteur de
|a natitre les a mises dans nous-mê-

mes
loading ...