André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 161
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0169
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0169
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R L E B EA U. 161
ïnes en nous donnant deux facultés
toutes propres pour les répandre
dans nos peintures : je veux dire 9
l’imagination 8c le coeur. L’imagina-.
tion , pour tenir le pinceau ; 8c Ie;
cœur pour le conduire. Voilà les
deux sources naturelles des agré-'
mens dtidiscours.

Que l’imagination en soitune : soiï
nom seul en est la preuve. C’est Iaï
mere des images 8c des tours qu’oii
appelle ingénieux : c’est elle quî
fournit aux Orateurs 8c aux Poëtes
leurs plus belles figures : c’est par
elle , pour me servir des termes de
Boileau,

Que l’esprit orne , éleve , embellit toutes
chosès,

Et trouve sous sa main des sseurs toujours-
écloses.

Nous sçavons qu’un grand Phx»
tosophe de notre siécle lui a fait la
Panie IIk O
loading ...