André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 162
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0170
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0170
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i6% E s s a i

guerre dans tous ses ouvrages, coîïî»
me à une empoisonneuse publique.
Mais s’il a remporté snr elle quel-
ques viûoires , comme nous n’en
doutons pas , e’est à elle-même bien
autant qu’à ses raisons, quil en a
été redevable. Car on peut dire ,
que jamais l’imagination ne l’a mieux
servi, que lorsqu’il l’a combattue.
Cètoït un inyat dit M. De Fonte-
Îielle , pour qui elle travailloit malgrl
lui, & ornoit fa raison en fe cachant
d'elk. Ainsi plus persuadés par son
exemple, que par ses raisonnemensy
nous ne laisiferons pas de recon-
noître Fimagination- pour la pre-
miere source des agrémens du dis-
cours.

Le cœur est la seconde : nous
osons même dire qu’il en est la source
principale dans toutes les compo-
fitions, dont le but est d’affedionner
loading ...