André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 176
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0184
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0184
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
iy6 E s sa i
donner dans nos cœurs le rang qu’rî
niérite. La difficulté d’un sujet, où
il y aura plus de sentimens intérieurs
à consulter, que d’idées claires à
suivre , ne m’a point rebuté. Je ne
refuse aucune peine, pourvû qu’il
me soit permis d’espérer qu’elle sera
utile au monde. Entrons en matiere,
D’abord , Messieurs , pour en
écarter toutes les auestions super-
flues , je ne crois pas devoir mettre
en problême, s’ii exiiie dans notre
coeur un amour naturel du beau
distingué de l’amour du bon , ou du
bien'purement déleftable. Je fais
l’honneur à la nature humaine d’être
persuadé qu’il n’y a point d’homme
assez stupide pour n’avoir jamais
senti qu’il aime naturellement Ia
îumiere du Soleil, Sc ce bel ordre
qui régne dans PUnivers, la pro-
poytioa & la conveaance dans les
loading ...