André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 177
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0185
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0185
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R LE B E A U. î 77
feuvrages de Part, la symmétrie dans
un édifïce, Pharmonie dans un con-
cert, la sincérité dans les discours „
la probité, la justice , la décence
dans les mœurs. C’esl une vérité
d’expérience qui a percé jusques
dans Ies ténébres du paganisme : &
le plus ancien des Philosophes don£
nous ayons les Ecrits , Platon , notts
la donne dans Pun de ses Dialogues
sur le beau, pour un axiôme du bon
sens naturel. Rentrons dans notre
cœur, dit Socrate à Phédre : Nous
y verrons clairement deux princi-
pes d’aûion : deux amours qui nous
dominent, & qui nous agitent sans
cesse. Un amour d’inflinci qui nous
cntraîne vers les plaisirs des sens ;
& un amour de raison qui nous
porte vers les biens de Pesprit, vers
le beau, l’excellent, le parfait. Ces
deux amours, quoique d’un caraç-
loading ...