André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 190
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0198
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0198
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E s s À i

Êques y îes Anglois , la navigatior€-
Faut - ai s’en étonner , disent - ils ?
Ç’efl: la premiere leçon qu’ils re-
çoivent de leurs parens ; les pre-
miers discours qu’ils entendent ; les
premiers exemples qu’ils' voient ;
îoiis Ies objets qui les environnentÿ
conspirent à les tourner de ce côté~
Ià>

Je n’ignore pas, Messîeurs, quelle
est la force de l’éducation. Elle for-
me, sans contredit, le goût domi-'
nant de chaque peuple , pour un
certain genre de beau,où il affe£le:
de primer ses voisins. Mais, sans par-
îer des dispositions naturelles , qui
doivent toujours précéder l’éduca-
tîon pour en assurer le succès, je
demande quel est Ie principe de Ia-
diversité d’inclinations, de génies „■
& de goûts , q.ue l’on remarque
©ntro les difterens sujets d’une mê-
loading ...