André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 191
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0199
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0199
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Ü R t E B ÉA V. Ï 0 #
2sîe nation ? Peut-on dire que l’édu--
cation y fafîe touî? Peut-on direV
par exemple, que c’efl: l’éducation'
qui a formé dans l’ancienne Gréceÿ
ou si l’on yeut remonter plus haufr
dans la Chaldée , dans la Phénicie,
dans l’Egypte, les premiers inven-*
teuss des sciences & des arts ; Peut-
on dire que c’est l’éducation qui
forma parmi les Scythes , le Philo-
sophe Anacharsis , dans un climat
barbare , où- l’on ne sçavoit pas
encore qu’il y eût une Philosophie
au monde ? Est-ce l’éducation qui
a formé parmi nous îant de génies1
rares, qui ont abandonné celle
qu’ils avoient reçue pour se don»
ner eux-mêmesune éducation toute
contraire ? Le fa-meux Descartes ,
fils d’un Conseiller au Parlement de'
Rennes, étoit éievé pour la Robe ÿ
Le Marquis g.e l’Hôpital, d’une fa» -
loading ...