André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 196
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0204
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0204
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ty6 E s s a i
pour un certain genre de science5
pour un certain genre de vertu ; en
un mot , pour ces genres de beau
•sublimes , & pour ainsi dire escar-
,pés , où l’on ne .peut atteindre que
,par des travaux pénibles qui coûtent
trop au corps pour les entreprendre
sans y être déterminé par une force
supérieure. A l’égard des bienssen-
sibles, nous ne l’éprouvons que trop
souvent. C’efl le corps qui entraîne
l’ame à leur poursuite : mais ici, au
contraire , nouséprouvons que c’efl
rante qui entraîne le corps malgré
lui dans des recherches dont il n’a
que saire , lk dont il sçait bien la
punir quand elle s’y applique avec
trop d’ardeur : contrariété de pen-
chans, qui nous]démontre à toutes
les heures du jour la grossiere illu-
iïon de ces Philosophes qui vont
chercher dans le corps la cause de 4
difierençe des esprits,
loading ...