André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 201
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0209
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0209
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S Ü R L E B EAU. ZQrf
frxaminons , qu’est ce qui nous etn-
pêche de recourir à la cause univer-
selle ? Posons d’abord un principe
incontestable.

C’est l’Auteur de la nature qui,
en formant nos corps , y a répandu
cette variété infinie de traits diffé-
rens, qui fait une des pltis grandes
beautés du monde sensible. II falloit-
nous donner un moyen facile de-
nous distinguer les uns des autres.-
Ne peut-on pas dire , par Ia même'
raison , que Dieu , en créant nos
ames, y a voulu mettre une sem-
blable diversité pour varier les agré--
mens du monde intelligible , qui
étoit certainement son principal des-
fein dans la construstion de l’Uni-
vers } C’est, Mestieurs , la pensée
que je propose à votre . examen ::
mais ilfaut m’expliquer moi-mêmg.'
glus en détaiL.
loading ...