André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 207
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0215
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0215
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S 17 R L E BeA U'. 207
©nt sacrifié le plaisir & l’intérêt à
i’honneur & à la vertu.

Nous metrons les premièrs Lé-
gisiateurs à la tête des amateurs du
beau. C’est la place qui leur cort-
vient Ils eurent pour le beau , non-
seulement de l’amour , mais du zele
pour le faire aimer aux peuples»
qu’ils entreprirent de policer.Voyons
avec qnet succès.

Je devrois peut-être commencer
par le plus ancien de tous : par ce
divin Légissateur des Hébreux , qui
nous a tracé le plan de la plus belle
République , dont on eût jamais
■ conçu Pidée. Une République , dans
Iaquelle Dieu s’étoit fait lui-même,
si j’ose parler ainsi, le premier Ma-
gistrat ; où il régloit, où il ordon-
noit tout ; instituant des Pontifes
pour maintenir son peuple dans le
vrai culte ; kvi envoyant des Pro-
loading ...