André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 216
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0224
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0224
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Il6 Ë S S A I

de si contraires aux pasîîons des
Hommes , celles , par exemple , de
la religion & de ia morale, que l’on
ile peut guères espérer de les y ren-
dre assez attentifs , pour en recon-
îloître pleinement toute l’évidence :
on disputeta éternellement siir les
•vérités qui mortifient notre amour
propre. Ii falloit donc , pour établir
ïtne l'cience absolument incontesta-
ble , choiiir une matiere qui fût
Sioins sujette à la contradistion : il
falloit présenter aux ’nommes des
ïdées pures , mais dont ils n’eufîent
aucun intérêt de rejetter la lumiere
quand elle viendroit à paroîtte , &
auxquelles , au contraire , ils en
eustent un très-prestant de s’appli*
quer. On prir celles des nombres &
celles des figuresgéométriques': cel-
lès des nombres , dont on a un be^
feûrt' Gontinuel dans le commerce de

la
loading ...