André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 219
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0227
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0227
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
SVR LE BeAU. iî^
feion-interrompnes : c’efl la méthode
qu’on appelle géométrique.

La méthode étoit d’autant plus
admirable, qu’elle efl route natu-
yelle. Mais à mesure que l’on s’éloi-
gnoit des premiers principes , on
s’apperçut qu’il falloit encore plus
de courage pour la suivre constam-
ment, que de génie pour Ia trouver.
Sa marche est lente ; & dès l’entrée
de la carriere , nous voudrions déja
être au but : ses regles sont scrupu-
Ieuses ; & dans Iês sciences comme
dans les moeurs, nous ne haïssons
rien tant que Ie scrupule : elles sont
abstraites ; ôt nous aimons Ie sen»
sible : surtout, elles nous demandent
une attention soutenue ; & notre
cceur , naturellement volage, ne se
plaît, si j’ose ainü dire , qu’à papil-
îonner d’objet en objet sans rien ap-
profondir. Un bel esprit du derniei*

Tij
loading ...