André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 229
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0237
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0237
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B E A U. tss

L’amour du beau moral naturel,
c’est-à-dire l’humanité générale , &
l’amiîié, que prescrit la loi du sang,
n’avoit pas moins de pouvoir sur le
cœur des Romains. Cicéron remar-
que dans ses Offices , qu’ils appel-
loient les peuples avec qui ils étoient
en guerre , non pas ennemis , mais
seulement étrangers , pour tempé-
rer, dit-il, l'horreur de la chose par
la douceur de l’expressîon : Lenitate
yerbi trifliùam rei mitigante. * Les loix
des douze Tables défendoient ex-
pressément de commencer aucune
guerre sans avoir auparavant der
mandé latisfaftion de l’injure reçue :
après même en avoir été refusé %
défense encore de commettre aucu-
ne hostilité sans une déclaration so-
lemnelle de guerre : après même la
déclaration, défense à tout citoyep

f Ojjic. I. 1. C. 12.
loading ...