André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 234
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0242
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0242
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
234 Essai

avoit reçues, que par des témoï»
gnages éclatans d’un amour à l’é»
preuve de l’ingratitude.

Je ne m’étendrai pas davantage
sur la force qu’avoit à Rome l’amour
du beau civil & politique : les Ro-
mains sont alïez connus de ce côté-
là : bons citoyens , grands hommes
d’Etat. Je finis par le pouvoir qu’a-
voit sur eux l’amour du beau moraî
personnel, qui fait l’honnête hom-
me, l’homme vertueux & décent. II
faut encore ici nous borner à un seuî
exemple ; mais qui renfermera tout
ce que le génie Romain a jamais
produit de plus élevé.

Le grand Scipion, né avec tous
les avantages de la naissance , de
l’esprit , du cœur & du corps , fut
épris dès sa jeunesse de l’amour du
beau dans les mœurs. Sa maxime fut
d’abord, que la premiere vi&oire
loading ...